Illegalite de l’Iran et de la Ligue Arabe dans leur negation de l’Etat d’Israel (2)

Ma reponse a ce commentaire:

Deir Yassin,

Il est toujours paradoxal de vous voir invoquer le droit international.
En effet, chez de nombreux Arabes, l’acceptation du droit international est a geometrie… variable. En effet, apres tout, le “droit international” est une anerie creee par des maudits “kouffar”, des mechants Infideles croises et asiatiques, d’ex-dhimmis pagano-sionistes, et ne prend pas son inspiration dans la magnifique sharia (SWS)…

Que dit le droit international? Qu’un Etat, l’Etat d’Israel, existe, qu’il est admis au sein de la famille des nations. Par consequent, il a droit au respect de la part des autres Etats, conformement a la charte des Nations Unies.

Or, que font les Etats arabes? Des le lendemain de la resurrection de cet Etat, les Etats arabes l’envahissent. Aujourd’hui encore, les Etats arabes (a l’exception notable de la Republique Arabe d’Egypte et de l’emirat de Transjordanie) nient l’existence de l’Etat d’Israel. Techniquement, ils sont meme en etat de guerre avec lui. Qu’a fait l’Etat d’Israel contre le Yemen (SWS) ou la Tunisie (SWS) pour que ces derniers se considerent en guerre avec lui?

181, 242, etc. Les Etats arabes refusent d’appliquer les resolutions des Nations Unies qui reconnaissent le droit a la securite de l’Etat d’Israel.

Plus encore: des organisations et Etats arabes et musulmans revent encore d’effacer l’Etat d’Israel de la carte! Katiousha, SCUDs, voitures piegees, prises d’otages, detournements d’avions, attentats suicides, programme nucleaire… Ils essaient tout!

Tout ceci -refus de reconnaitre l’Etat d’Israel, guerres d’agression a son encontre, volonte d’aneantissement, sponsoring du terrorisme contrer ses civils- est une violation flagrante du droit international et de la Charte des Nations Unies.
C’est la Ligue Arabe (SWS) qui viole le droit international!

A propos de la resolution 194 (2)

Ma reponse a ce commentaire:

Deir Yassin,

Il est tres dommage que le bourrage de crane intensif auquel vous etes soumise vous ait fait croire des choses qui ne sont pas. Notamment, sur la resolution 194, vous affirmez des choses qui sont a l’oppose du sens du texte.

Les juristes, tels des exegetes, analysent les mots, formulations et ponctuation pour deduire toutes les consequences d’un texte juridique. Cela va au-dela d’une lecture litterale comme vous le feriez en lisant le Coran ou le livre vert de Khadaffi.

Du reste, vos attaques ad hominem contre M. Gurfinkiel -un intellectuel repute, reconnu et respecte pour son erudition- ne vous honorent pas. N’est-ce pas tant le fait qu’un Juif, c’est a dire un dhimmi/sous-homme, soit erudit qui vous choque et vous pousse a eviter le debat pour choisir l’insulte? En l’occurence, dada ou pas, M. Gurfinkiel a l’air de mieux s’y connaitre que vous sur le conflit colonial que les imperialistes arabes imposent a l’Etat d’Israel. Eh oui, contrairement a ce que pretend le racisme islamique, meme les dhimmis ont un cerveau.

Manifestations passees et actuelles d’antisemitisme (4): les accusations des Nations de se comporter… comme elles

Les accusations des Nations de se comporter… comme elles

Le viol des droits de l’homme

Les droits de l’homme (sans parler de ceux de la femme) dans les pays arabes ne sont jamais violés, et pour cause: ils n’existent pas.

Pourtant, des dictatures héréditaires et des régimes autocratiques passent leur temps à condamner Israël pour la violation des droits de l’homme.

Le non-respect du droit et des résolutions des Nations Unies

La Charte des Nations Unies promeut le droit de chaque pays à vivre en paix et en sécurité. D’autre part, c’est une résolution des Nations Unies qui a permis la création de l’État d’Israël. Les États arabes ne reconnaissent pas le droit à l’existence de l’État d’Israël, et ne respectent pas la résolution qui a entraîné sa création, violant ainsi de manière flagrante le droit internationale.

Pourtant, ces États et les individus qui les soutiennent répètent inlassablement la même accusation: l’État d’Israël ne respecte pas le droit international et les résolutions des Nations Unies.

Les crimes de guerre

Comment les Américains, les Russes ou les Chinois, sans parler des Irakiens ou des Syriens, font-ils la guerre? En bombardant à l’aveugle les positions ennemies sous un flot de feu et d’acier. Qu’importe la présence ou non de civils désarmés, de femmes, d’enfants et de vieillards! Les Allemands, Japonais, Libanais, Kurdes, Tchétchènes ou les Afghans peuvent en témoigner

De la même manière, les organisations terroristes bombardent de manière aveugle les centres urbains israéliens et pratiquent un terrorisme de masse contre les civils israéliens, commettant sciemment des crimes de guerre.

En comparaison, le comportement de l’armée juive tend au ridicule: avertissement des habitants des zones visées par tracts, téléphone et SMS, bombardements ciblés et attaques au sol mettant en danger les soldats, pour éviter les dommages collatéraux.

Et pourtant, jamais Occidentaux ou Soviétiques n’ont fait les frais d’enquêtes ou résolutions pour crimes de guerre. C’est Israël, quelle que soit la situation, qui est condamné pour le même motif: “usage excessif et disproportionné de la force”.

Le droit humanitaire international, les conventions de Genève et de La Haye étaient destinées à protéger les populations civiles en zone de guerre ; elles deviennent un bouclier pour les terroristes et une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête de chaque soldat israélien, qui n’a plus pour alternative que de partir au front accompagné de son avocat…

Les Juifs empêchent les autres de prier

Lors de l’occupation arabe transjordanienne, les synagogues de Jérusalem ont été rasées, le Mur Occidental servait de latrines et les pierres des cimetières juifs ont été utilisées pour paver les routes.

Aujourd’hui, l’accès à tous les lieux de culte est garanti aux fidèles de toutes les religions. Parfois, pour des raisons de sécurité en période de tensions politiques, les entrées sont filtrées ; les chiens de garde anti-israéliens hurlent alors que l’État d’Israël “empêche les musulmans de prier sur le troisième lieu saint de l’Islam”.

Ce thème constitue également un lointain avatar du l’accusation de profanation d’hosties: les Juifs ne respectent pas les autres religions.