Des “signaux américains” adressés à l’Iran

Ma reaction a ce post de Georges Malbrunot:

Obama en flagrant delit de “carterisation”…

Si Barack H. Obama ne se sent pas de taille a faire face a la menace iranienne, qu’il rende son tablier et retourne donner des cours de droit. Pitoyable et lamentable… Quelle honte pour l’Amerique! Ce n’est surement pas Ronald Reagan qui aurait accepte un Iran avec la bombe atomique!

Ca y est, Obama a reussi son casting, il a ete admis a jouer dans un episode de Oui-Oui ou des Bisounours. Quand comprendra-t-il que face aux mollah, ce qui fonctionne c’est la fermete et le respect de soi-meme, et non courber l’echine?

Advertisements

Combattre ses allies et menager ses adversaires: la faute d’Obama (2)

Reponse a ce commentaire d’Anne Sinclair:

Madame Sinclair,

Commencons par la fin: je persiste a penser que quand on est soi-meme un colon ou un fils de colon -europeen, africain, marsien…- etabli dans le Nouveau Monde, on est mal place pour donner des lecons anti-“colonisation”. Car, bien que les guerres indiennes ont cesse depuis plus d’un siecle, l’Etat federal americain est bati sur l’occupation et la spoliation des terres amerindiennes. Autrement dit, tout citoyen americain, et meme tout etranger residant aux Etats-Unis, profite de la spoliation qu’on subie les autochtones americains. C’est donc le cas de Barak Obama, aussi bien que Sylvain de NY, et , je suis bien desole de l’ecrire (n’y voyez par contre aucune attaque personnelle)… vous-meme. Je ne crois pas que le pere de Barak Obama ou le grand-pere d’Hillary Clinton aient demande un visa de touriste aux indigenes hawaiens ou apaches, ou du moins a ce qu’il en reste suite a l’exercice du “droit international” par les colons anglo-saxons. Certes, le temps fait son oeuvre, mais si la seule legitimite de l’Etat americain vient du temps (et plus precisement des rapports de force) qui efface la memoire des hommes, a quoi bon invoquer sans cesse le droit international? Bref, Obama est un colon qui prive des individus amerindiens, des communautes amerindiennes, des peuples amerindiens et des nations amerindienness de l’exercice de leurs droits. A ce titre, son intransigeance et son deni a Israel de loger des citoyens sur la terre de leurs ancetres sont particulierement mal venus.  Pour ainsi dire, Obama voit la paille dans l’oeil israelien sans s’apercevoir de la poutre dans son propre oeil.

D’autre part, vous avancez qu’Obama a raison de tenter une approche diplomatique avec les ennemis des Etats-Unis. Obama l’avait annonce dans son programme presidentiel, donc il est clair que le peuple americain l’avait approuve, et c’est une demarche justifiable. Par contre, je doute qu’Obama ait recu pour mandat d’humilier les USA face a la Chine ou l’Iran, froisser ses allies europeens ou imposer des diktats a Israel. D’ailleurs, il est curieux qu’un President qui proclame son envie de dialogue avec tout ce que la planete compte de regimes autoritaires tente parallelement d’imposer ses vues et interets a un allie, voire tente de renverser son gouvernement democratiquement elu.

Enfin, vous mentionnez la necessite de definir le territoire de l’Etat d’Israel, via des negociations. Nous ne pouvons qu’etre d’accord sur ce point. Eh bien, justement, le principe des negociations est de negocier. Si l’on prejuge du resultat des negociations -notamment de la frontiere- en prenant pour base la ligne de cessez-le-feu de 1949, alors a quoi bon negocier? (Soit dit en passant, je ne vois pas en quoi la ligne de cessez-le-feu du 4 juin 1967 serait plus legitime que celle du 11 juin de la meme annee). L’OLP revendique une partie de Jerusalem ; tant qu’elle ne negociera pas, elle n’obtiendra rien. Avancer ses pions, ignorer l’obstruction et promouvoir ses interets est donc pour Israel un moyen de pression utile et intelligent sur la partie adversaire, afin de l’inciter a parlementer, plutot que croire que le temps joue en la faveur de sa demographie galopante. Du reste, le camp qui met des batons dans les roues et qui refuse de negocier n’est pas Israel, mais l’OLP, soutenu dans son intransigeance par l’inexperience et le jusque-boutisme d’Obama.

Esperons que ce President, outre des qualites de tribun, soit capable de diriger son pays et le monde libre avec un peu plus d’intelligence et de sagesse. Jusqu’a present, malheureusement il est plutot decevant et inefficace.  Sur tous les plans.

Cordialement,

Combattre ses allies et menager ses adversaires: la faute d’Obama

Commentaire poste sur le blog d’Anne Sinclair:

Mme Sinclair,

C’est l’attitude de l’administration Obama qui est particulierement disproportionnee en la matiere, et ce, pour plusieurs raisons:

La position d’Obama sur le non-droit des Juifs a habiter sur une partie de leur terre ancestrale est connue. Tres bien, il l’a deja manifeste, il s’est deja exprime dessus. Il y a desaccord fondamental sur ce point entre Obama et le gouvernement israelien. On ne peut etre d’accord sur tout. Le gouvernement israelien s’est excuse pour un geste qui a gene son allie. Va-t-on en faire tout un plat? Combien de temps doit durer la brouille? Le jeu en vaut-il la chandelle?

A vrai dire, Obama est en position defensive sur de nombreux dossiers. Jusqu’a present, le bilan de son mandat est vierge. Il a de grosses difficultes sur le plan interieur, tout le monde en est conscient, ne parvenant meme pas a imposer son autorite sur tous les Representants democrates. En politique etrangere, il s’est fait humilier par de nombreux acteurs (Chine, Coree, AfPak, Iran, etc.). Certes, ce n’est pas une raison pour qu’Israel en fasse de meme.
En contrepartie, il ne perd pas une occasion de froisser et d’ignorer les Europeens. Ainsi, au lieu de menager ses allies et s’opposer a ses adversaires, Obama prefere manifester son leadership face a l’Europe et Israel, reservant les courbettes devant Chinois, Russes, Perses, et tout ce que la planete compte de “democrates”. La faute est clairement cote Obama.

Enfin, Obama est tres mal place pour donner des lecons a Israel: Obama est le fils d’une “femme-colon” blanche et d’un “colon” kenyan. Joe Biden est un “colon catholique irlandais”. Hillary Clinton est petite-fille de “colons anglais et gallois”. Tout comme l’immense majorite de leurs concitoyens, Obama et son equipe sont des colons sur la terre des Indiens. Les Etats-Unis sont batis sur la spoliation des peuples amerindiens. Si Obama et sa clique de Chicago s’imposaient un gel de toute construction sur le territoire des Etats-Unis, alors ils seraient un peu plus credibles a nier le droit de l’Etat d’Israel a batir ses villes, mettre en valeur son territoire national et permettre a de jeunes couples d’habiter dans des appartements.

Cordialement,

Les courbettes d’Obama traduisent la perte de leadership des USA

En politique, il y a des images implicitement lourdes de sens ; surtout lorsqu’elles se repetent.

Barak “Gog” Obama nous avait deja fait le coup des courbettes devant le roi d’Arabie Saoudite, le monarque d’un pays ou l’on coupe les mains des voleurs et on lapide les femmes qui sont sorties sans voile, surtout si elles ont l’outrecuidance de conduire seules un vehicole. Officiellement, il s’inclinait pour saluer quelqu’un de plus petit que lui… sans vraiment que l’on comprenne pourquoi il ne suffisait pas au Saoudien de lever les yeux. On saura gre a Gog d’avoir cherche a appaiser les relations avec un “commandeur des croyants”, quoique ce soit plutot ce dernier qui a des choses a se faire pardonner par l’Americain.

Gog a reitere le coup de la courbette, cette fois devant l’Empereur du Japon. Il n’y a rien de catastrophique: en effet, Akihito est un personnage respectable infiniment moins contestable que son pere, le defunt Hirohito, dont les troupes ont bombarde Pearl Harbour et envahi d’Asie de l’Est et le Pacifique. De plus, son pays vit en paix depuis plus de 60 ans, participe a l’economie mondiale et ne menace aucun de ses voisins, et encore moins les citoyens d’autres pays qui se rendent au bureau dans des Tours Jumelles.

Neanmoins, ces prosternations a repetition laissent un drole d’arriere gout: et si Gog avait integre, inconsciement, mentalement,  son changement de statut: de dirigeant de la premiere puissance politique, economique et militaire mondiale, serait-il passe au stade de dirigeant d’une puissance parmi d’autres? Gog approche encore plus rapidement que je ne le craignais du stade ultime de “carterisation”. Ce serait assez dommageable, car la perte de leadership de l’Occident laissera ce leadership a des nations ou civilisations dont les valeurs ne sont pas forcement meilleures que les notres.

Quelques liens:

Prix Nobel pour Obama: ridicule et dangereux

J’ai sursaute en apprenant que le Prix Nobel de la Paix 2009 a ete attribue a Barack Obama:

  • la liste des candidatures au Prix Nobel est close le 1er fevrier ; Obama a ete investi le 20 janvier. Dix jours pour meriter un Prix Nobel, c’est un peu court ; c’est surtout ridicule.
  • de toute facon, meme depuis cette date, Barack Obama a certes multiplie les discours et les declarations d’intention ; quoiqu’il en soit, il n’a toujours pas obtenu le moindre succes concret.
  • quoiqu’il en soit, si dans 3 ans Barack Obama a apporte la paix dans le monde, relance l’economie et arrete le rechauffement climatique, alors oui il aura merite son prix. Mais decerner un prix par anticipation c’est un peu bizarre.
  • de toute facon, le comite Nobel a plutot recompense les intentions d’Obama ; mais a ce titre la, meme Nicolas Sarkozy et d’autres dirigeants occidentaux meriteraient le Prix Nobel.
  • ce Prix, attribue tres tot, augmentera la pression sur Obama pour obtenir enfin des succes. Le prix a payer risque d’etre important pour les pays sur lesquels Obama transmettra cette pression.
  • le Prix Nobel accentue la “carterisation” d’Obama: une grande popularite, des prix et des recompenses, mais pas de resultats sur les sujets pour lesquels il a ete elu: le systeme de sante, l’economie, la proliferation nucleaire et le terrorisme islamiste.

En tout cas, la victoire d’Obama prouve que le monde est veritablement entre dans l’ere des communicants, car Obama, hormis ses discours et ses belles paroles, est toujours attendu sur les principaux sujets internationaux. A force de placer tant d’espoirs en Obama, les Europeens et tout ce que la planete contient comme obamaniaques en font un Messie providentiel ; le retour a la realite risque d’etre douloureux, surtout si la carriere de ce pseudo-Messie tourne a celle d’un Gog.