Proche-Orient: l’Europe appelée à agir (3)

Ma reponse a ce commentaire:

Safi,

-Vous avez l’art de sortir des references eculees.
Ce dont parle de Dr Hiss n’est pas un trafic d’organes. D’apres la legislation israelienne, jusqu’en 2000 les hopitaux avaient le droit de prelever des organes sur des patients admis en leur sein, *sauf refus explicite* de leur part. Cela concernait aussi bien les Juifs que les Arabes, ou les touristes de passage dans le pays.
Depuis, la loi a ete modifiee et un prelevement d’organes ne peut avoir lieu qu’*avec l’autorisation explicite* du “donneur”.
Autrement dit, la loi israelienne, pour choquante qu’elle soit, a suivi le meme processus que celui existant en Europe, avec toutefois de nombreuses annees de retard.

-le “journaliste” suedois s’est retracte de ses accusations de “trafic”, et a admis les avoir formulees uniquement sur la base de temoignages arabes et non sur des preuves. Il est facile d’accuser, en se reposant sur des poncifs antisemites comme les “meurtres rituels”. La deontologie d’un journaliste exige qu’il recoupe les sources et trouve des preuves, non qu’il serve de relai a la propagande raciste des colons arabo-islamiques en Eretz Israel.

-de toute facon, la n’est pas la question. Denis75 avez introduit la question de la “moralite” pour justifier une intervention europeenne. Je lui ai simplement repondu que la “moralite” dont se prevaut l’Europe est a geometrie variable lorsqu’elle protege des criminels de guerre et couvre les yeux sur leurs agissements au Kosovo, protectorat europeen au coeur des Balkans. Israel n’est pas un donneur de lecon et ne pretend pas resoudre les problemes de frontires internes a l’Europe, comme Gibraltar, au nom de sa moralite. C’est exactement la meme modestie qu’on attend de l’Europe.

Advertisements

Manifestations passees et actuelles d’antisemitisme (2): les reproches classiques faits aux Juifs, remis au gout du jour

Les reproches

Reproches classiques, remis au goût du jour

Les assassinats d’enfants

Depuis la Guerre du Liban et la 1ere Intifada, dans la presse mondiale l’armée israélienne est souvent présentée comme “tuant des enfants”. Le paroxysme aura été l’affaire Al Dura, du nom d’un enfant arabe apparemment pris entre deux feux durant un échange de tirs dans la bande de Gaza. Filmée par France 2, la scène sera diffusée en boucles sur toutes les chaînes de télévision du monde. Catherine Nay, journaliste à Europe 1, ira même jusqu’à déclarer: « La mort de Mohammed annule, efface celle de l’enfant juif, les mains en l’air devant les SS, dans le Ghetto de Varsovie».

De sérieux doutes ont été levés sur l’affaire Al Dura: la justice française admettra qu’on peut la qualifier de “faux reportage”, “mise en scène”, “mascarade”, “supercherie” et “imposture” voire “fausse mort” (arrêt de la Cour d’Appel de Paris du 21 mai 2008, dossier n°06/08678). Cependant, le mal est fait et les médias ne reviendront plus sur la version initiale d’un jeune enfant arabe innocent tué par des soldats juifs.

Le thème de Tsahal assassinant des enfants sera repris durant la Deuxième Guerre du Liban et la Guerre de Gaza: les bilans donnés par la presse seront ceux établis par les services du Hamas, et non ceux de l’armée, qui montraient une proportion de victimes collatérales des combats beaucoup plus faible. Quant à l’utilisation d’enfants comme boucliers humains par les organisations terroristes, elle est rarement mentionnée, si ce n’est pour la réfuter.

Les crimes rituels

En août 2009, le journal norvégien Aftonbladet rapporte une histoire de vol d’organes, organisé par des soldats de Tsahal, sur des détenus arabes. Immédiatement, le triste souvenir des crimes rituels refait surface: les Juifs pratiqueraient les assassinats d’enfants (chrétiens ou musulmans, selon les régions) pour fabriquer des pains azymes durant la Pâque.

L’assassinat de Rabin

L’assassinat d’Itzhaq Rabin par un étudiant nationaliste opposé au processus d’Oslo a donné lieu à une répétition d’un thème connu: le déicide.

De même que les Juifs avaient refusé le messie et crucifié le “Seigneur incarné en homme”, les Juifs ont refuse la paix apportée par Izthaq Rabin et l’ont assassiné. Plus précisément c’est un “extrémiste juif religieux” qui a tué Rabin rappelle la presse, au lieu de le qualifier d’ « extrémiste nationaliste ».

Le Juif perfide, menteur, se sert de Shoah (qui n’a jamais existé), pour se faire de l’argent:

La Shoah n’a jamais eu lieu, c’est bien connu, quant à savoir ou sont passées les familles juives d’Europe c’est un mystère que même les services de renseignement iraniens n’ont pu résoudre. Le Juif a ainsi pu inventer un mensonge à la hauteur de sa perfidie traditionnelle. Le but est d’arracher la création de l’État d’Israël et… d’obtenir des compensations financières: de l’argent, car “le Juif et l’argent” ça rime bien dans l’imaginaire antisémite.

Ce thème de la « Shoah business », développé entre autres par Norman Finkenstein, est repris par Mahmoud Ahmadinedjad et Dieudonné M’Bala M’Bala: si les films de cet individu abject et sans talent ne trouvent pas de financement, ce n’est pas parce qu’ils sont nuls et n’intéressent personne. Non, c’est parce que les Juifs ont déjà drainé toutes les subventions à la création cinématographique, au profit des films sur la Shoah.

Le complot juif

Le thème du “complot juif” est recyclé de manière admirable en “complot sioniste”. Après avoir opprimé les Juifs pendant des siècles, réduits au rang de dhimmis / sous-hommes, les États arabes ne parviennent à expliquer la défaite des armées arabes face à Tsahal que par une seule raison: le lobby sioniste a ourdi un complot pour manipuler les Occidentaux et arracher la victoire militaire. En effet, autrement il est inconcevable que des sous-hommes battent les glorieux guerriers des déserts suréquipés de matériel soviétique, et en Six Jours s’il vous plait!

De même, le Premier Ministre malaisien Mahathir Mohamad déclare, lors du 10e sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique : « Mais aujourd’hui, les Juifs dirigent le monde par procuration. Ils obtiennent que les autres se battent et meurent pour eux ».

Enfin, des rumeurs sont propagées dès le lendemain des attentats terroristes du 11 septembre 2001: il n’y a que le Mossad pour être capable d’un tel carnage, afin de dresser les États-Unis contre le monde musulman. Qu’importe si près de 900 Juifs ont péri à Manhattan.

Le Juif, intransigeant et têtu

Une négociation internationale peut bien se dérouler. Elle peut aussi être difficile, dure, serrée, tendue. Mais les négociateurs et politiciens israéliens ont toujours un défaut qui leur est propre: ils sont intransigeants.

A cela rien de bizarre: le Juif a toujours été têtu: pour preuve, cela fait 2000 ans qu’il ne reconnaît pas la venue du Messie!

Verus Israël

En 2008, Shlomo Sand, un spécialiste du cinéma (ça ne s’invente pas) a publié un pamphlet dont l’un des points était: les descendants authentiques des Hébreux sont les Arabes qui résident sur la Terre d’Israël. Les Juifs seraient quant à eux un agglomérat de descendants de tribus, khazares, grecques, berbères, syriennes, converties au cours des siècles.

Le peuple d’Israël a déjà connu ce principe qu’il n’est pas le peuple d’Israël: c’est la Théologie de la substitution ou supersessionisme. L’Église constitue le Verus Israël, le vrai Israël, alors que les Juifs ne sont que le Vetus Israël, l’ancien Israël.

C’est le Juif qui provoque les persécutions dont il est l’objet, en poussant l’Autre à bout

Les pogroms systématiques ont durement frappé les Juifs de Russie à partir de 1881. La raison? Les Juifs “provoquent” leurs voisins russes. De même, en 1938, Herschel Grynszpan assassine vom Neurath, premier secrétaire de l’ambassade allemande à Paris. Cet événement est pris pour prétexte par les nazis pour déclencher la Nuit de Cristal dans tout le Reich.

L’on retrouve régulièrement ce thème de la provocation: un Juif marche sur le Mont du Temple, et cela déclenche la 2e Intifada. Un Juif rajoute une pièce à sa maison d’Ophra, c’est de la colonisation-provocation, qui incite le Hamas à envoyer des roquettes sur Sderot.

L’empoisonnement des puits

Au Moyen-Age, les Juifs étaient accusés d’empoisonner les puits des chrétiens.

En 2004, après une vie passée à massacrer des innocents et propager la haine et la mort, Yasser Arafat se décide enfin à mourir. Qu’un vieil homme de 75 ans mourût d’une mort naturelle, voila qui choquait son entourage! Bien que les médecins militaires français n’aient trouvé trace d’aucun poison, l’OLP et ses représentants font circuler la rumeur qu’Arafat a été empoisonné par un poison non connu.