Sevil Sevimli、ピナールSelek、二人の女性の顔正義トルコ

彼らは、茶色と決定の両方です。第一Sevil Sevimliではなく、20年、第二ピナールSelek、ただダブル。一つは育ち、トルコ、エラスムス交換で彼の両親の出国前にリヨンに留学。もう一つは、2011年以来、ストラスブールに亡命を有する前に、マージンやナショナリズムを研究し、それは社会学者とみなされているトルコで育った。

どちらも、テロ対策法の一環として、今週トルコで発見されています。ブルサ、欠席ピナール22でSevil 11月19日。

フランコ – トルコの学生の場合、プロセスは懲役2年を含め、14年トルコの社会学者のために、3つの、刑務所で7ヶ月かかります。異なるが、これらの2例は、弾圧とトルコの司法のカフカの本質を示しています。

パレ·ド·フランスでイスタンブール、11月11日(日曜日)、。

Sevil Sevimliは、彼女のいとこ、彼女の母と彼女の弟を伴って来た。それはエレーヌFlautre、フランス語およびMEP(エコロジー·緑の党)との​​ですが、彼女は約束されています。 Sevilがジャーナリストを見たいからではありません。

“私は逮捕され、投獄された他のトルコの学生数百人がある場合にのみ、私の場合について話をする恥ずかしいし、私は、私は誰にも言わに関して公開された記事の数十を見てショックを受けた私は逮捕され、私の投獄の間にインタビューを与えられなかったようになる、特にトルコを押します。 ”

もともとMarasから、Sevilの祖父が16年後に彼の子供と妻が加わり、1973年にフランスに到着した。家族はリヨン地方の、Sevilのトルコ語を話すがフランス語訛りが混入され、ヴィルフランシュ·シュル·ソーヌの頻繁cemeviを(崇拝のアレヴィ地)と発音されます。

ジャーナリストになりたいと思っているエラスムス、Sevil、通信学生の枠組みの中で、3カ国間の選択:イギリス、スペイン、トルコ。彼の父親は英国を推奨しているだろう。家族の中でSevimliそれはクルドアレヴィであるためです。これは父が彼の娘が、この二重トルコで展示されていることを知っていることを意味どこAlevis、イスラム教徒の少数派が、そのスンニ同じ宗教の自由を享受していないクルド人問題や壊疽の民主主義。

Sevilは良いのですが、彼女はトルコに行きたいと思っている。唯一の譲歩は、それはイスタンブール、街が大きすぎるではないでしょう、それは怖いです。エスキシェヒルの大学(アナトリア、トルコ北西部に位置する都市で)すべき良い、と近づくと考え自治体が野党によって保持されている以外にも、共和人民党(CHP)、アレヴィイスラム保守派そのAKP、家族Sevilの目に保証します。

Sevimliでは、左側に投票。これはSevilのおじさんが説明しています:

“フランス、左前、第二ラウンドで良いでは、PS、およびトルコのために投票し、我々は、CHPや平和と民主主義のための党(BDP)のどちらかに投票してください。”

35人のメンバーで、BDPは、 “クルド人の政党”は、しばしば言われている、最後の選挙(2011年)で良いスコアを行っているが、それはフロントであることの彼を非難している、トルコ政府の視線になっている法的PKK(クルド労働者党、トルコ、ヨーロッパと米国で禁止)。

5月10日明け方、Sevilのアパートにダース私服警察と武装バースト。彼女が今日言うことから、女の子は左感心しませんでした。 “あなたは私を止めることは恥ずかしいじゃない!”と彼女は言っていただろう。まだ彼のパジャマを着て、彼女は着替えに行くと彼女の部屋に警察に伴う支援と彼女のストリップを見て尋ねた。彼女の曲線下まだティーンエイジャーなので、借りているものはかなりよく知っているSevil、それが従事し、学生と政治的に関節の単語やフレーズを持っています。

Sevilが “テロ組織の方向”との罪に問われた “テロ組織のためのプロパガンダ”と、彼女が刑務所で32年までに直面している。

問題になっている組織がDKHP-C(フロント革命的人民解放)と呼ばれています。あなたは5月1日に一部の若い活動家軍服3月を見ることができる小さなグループスターリン、。彼らはいくつかのテロや暗殺を約束した。それらの細胞はアクセスすることは困難です。彼らは主に百の犠牲者、若い女性のための致命的な結果につながった2000年から2001年、非常に難しいストライキで自分の犯を支持してハンガーストライキを開始したものであり、ドキュメンタリーはにのめり込んでいた1GülerZere彼らの活動家は、Sevil出席投影のアイコンとなった。活動家DKHP-Cは、訓練を受けたと確信し、抑制を用意し、逮捕されたときに、通常は大声でメンバーシップを主張している。この組織とのリンクを拒絶しなかったことSevil。

彼はと題するコンサートに参加したことの寄せ集めを告発されたYorumグループ年間のフランスの家族やSevilが映画を作りたいと思っている聞いて、無償教育を主張するポスターの掲示、あるいは呼び出しが、雑誌Yürüyüs、地下運動の法的出版物を配布したこと、5月1日にタクシム広場に結集し、最後に活動家アリ·ユルドゥズの名誉で葬式に参加する1999年の死は、検察のケースでは何も武器やその使用の所持に直接または間接的にリンクされていません。

このことはSevil Sevimliに起因している、彼らは明らかに虐待的なテロリズムに記載された当接活動家の活動です。

彼女は(も)フランス語だったので、二国Sevilは、おそらく意図的に停止されていません。その代わりに、ケースはむしろトルコ政府は現在、パリとの関係改善を試みている毒。彼の釈放を求める嘆願書は、フランスで135000の署名を集めました。 Sevilは国を出ることを禁じられ仮釈放8月上旬に、恩恵を受けてきた。

この学生フランコ – トルコは彼の言葉には “悪夢”で発見された方法は?

最も可能性の高い仮説はSevil Sevimliがフランスで等しいものがなくもありません短い情熱で多くのイベント、何千人もの人々のアセンブリを、左学生トルコの豊かさと活力で発見することです。彼女は理想化されたトルコの民主主義の表情をしていた疑いが、彼女は走っていたリスクを無視して、この動員と連帯の学生が酔って残っていました。証拠があるにもかかわらず、警察は彼の電話が、警察はすべての集会でカメラやカメラで武装し、Sevil行う彼女の家、盗聴への訪問は、おそらくそうしないと不信感抑圧的な装置ではありませんフランスではより鮮やか。

なぜなら2009年に彼のクルド開口部の障害が発生した後、トルコ政府は、しない理由もなく、自国の “クルド人の春”、そして動員反乱を恐れた。それから彼は予測して2011年以来強化弾圧政策行って:ジャーナリストの逮捕や裁判の何千もの学生が、クルド人の原因に直接または間接的に影響を与える知識を。

Sevilはここで、これらのネットで撮影されました。 “PKKの攻撃が増えています、多くの兵士が殺害された、市民社会の取り組みがクルド人を非難しており、すべての雰囲気を醸し出しています。パラレル薬局は自由フォルダ雑用をマウントするために手綱た、カメラはクレイジーだ、政府はそれを維持する戦略に分かれているように、ポリシーの制御を失っているように見える “トルコを拠点にヨーロッパのオブザーバーを示唆している。

パリ、11月17日(土曜日)は、Rue Saint-Denisの。

Sevilはキャンディードの特定の特徴を持っている場合は、より良いピナールの対象でしょうアンティゴネーの文字です。

また、左の家族の問題に対する政治的コミットメントインチ彼の祖父HakkiジェマルSelekは、5年間投獄された、それは彼が所属していたトルコの労働者党(TIP)、父アルプSelekまた過激派の先駆者の一人だったと言います1980年のクーデター後。

ピナールSelekはクルド人、アレヴィないか、またはである “本物のトルコのスンニ派。”彼女の中で社会学者としての彼のキャンプの目には “裏切り者”ファーストクラス-彼女はトルコ共和国から取り残さに興味を持つようになった:PKK、ホームレス、ジプシー、売春婦、性転換者、同性愛者の動きとレズビアン。

トルコのすべての超国粋主義者が嫌い。と世俗主流Kemalist主義によって制定され、大学の規則に反してスカーフを着用する学生の権利を支持してきた:

“私はスカーフに反対ですが、私は彼らが私はその結果として多くの自殺があった知っている、彼の頭の上に来ることを禁じ大学にあってもそれ以上のこれらの若い女の子とは対照的です。”

ピナールはのため1998年7月11日に逮捕されている “PKKを支援し、教唆。”トルコの状態がPKK指導者、アブドゥラ·オジャラン、トルコ語ケニアで逮捕と除去サービスからシリアの追放につながる演習を開始しなければならなかった。

“私は彼に私の自由と引き換えに、過激派の名をつけたので、私はちょうどヨーロッパに住んでいるPKKの武装勢力の調査を完了したと、警察は私を拷問。”

ピナールは良いですが、それは名前を示していない、と彼女は言った。彼女は投獄されて、それは彼女が若いクルドテレビのスパイス市場で1998年7月9日に行われた爆発の著者であることの彼を非難している教えて彼女の携帯です、7人を殺害イスタンブール。若い男が5ヵ月後に後退します。

2000年の終わりには、ピナールSelekは保釈された。これまで以上に、それはその研究と運動の活動を再開します。彼女はAmargi、フェミニスト、反民族主義者や軍国主義を設立しました。 2004年に、彼女は、トルコの平和の動員についてのエッセイを発表した。

父親と妹、両方の弁護士によってとりわけ擁護、ピナールは、スパイス市場の爆発の無罪と、2006年に支払われます。 2008年に、彼女はテロ組織で盗品、陰謀と会員の所持の容疑が晴れた。

2009年に、彼女は、男のクロールになって兵役のトルコ体験を通して男らしさの構築を行った研究を発表した。本、ナショナリズムの本当の非難は、トルコのベストセラーです。

二年前、アルメニアの起源Hrantディンクのトルコのジャーナリストが殺害された。これは、ピナールの友人です。彼の父によって駆動され、それは彼女が奨学金を受け、ドイツに亡命へ慎重な考慮する。また、2011年2月に第三無罪判決を素早くトルコで例外的な場合には、最高裁判所に上告第三が続いた。同年、ピナールSelekはこうして彼の国外追放を延長し、ストラスブール大学で政治学の博士号です。

このすべては、彼女が家から遠く離れた小さな本に記録されている…遠い?または彼の支持者をオンラインにしたサイトで詳細に語った。

この若い女性に対するトルコの状態の怒りを理解するには?彼の戦いのいくつかは、多くの声を通して選出され、2002年以来、そのままにイスラム保守AKP政府が理解し、サポートすることができました。その後Qu’exilée、彼女は彼のトルコのパスポートを更新しても問題は見られませんでした。一方で文化のトルコ省は彼にドイツの出版ベルジュ通行人、彼の最初の小説への助成金を授与されました。

それは謎です。おそらく、 “ケースピナールSelekは”それは法的確立とKemalist軍が国を開催しました暗黒の時代の遺物です。最終的に彼はまだ非常に基盤を弱体化させた彼の前任者の抑圧的な服に簡単に流しながら、イスラムの保守的な政府がピナールの超国家主義のケースでそれを交換したでしょうか?

通りサンドニ、去る前に、私は最後のピナールを観察し、彼女は頭のおかしい帽子明るい緑色のボタン、首周りにオレンジ色のスカーフを身に着けている。彼の目の代わりの陽気と重力で。彼女が逮捕されたとき、彼女は27歳、彼女は14以上であった。女性の人生は台無しになったが、活動家の人生とは、知的達成。

土曜日の午前中に雨が降る。私は彼の名前はトルコ語で “水の源”を意味するピナールに注意してください。 “はい、と彼女は言うが、私はそれがフランスワインと同義であるよりももっと好きです。”と彼女は笑った。

Advertisements

新しいライフスタイルは、フランスの睡眠を妨げる

夜勤、画面上で費やされた時間が増加または動作させるために長い距離をずらし:フランスの新しいライフスタイルが睡眠時間と品質に影響を与える、火曜日公開されて様々な研究で、11月20日による。一つは、3年にフランスは、一ヶ月以上、疲労や過度の日中の眠気に関連付けられているために最後にその症状を伴う慢性的な不眠症の15から20パーセントを含む睡眠障害を訴えた。

27 653人15から85歳と週刊疫学紀要に発表され、フランスの睡眠午前7時で13の平均の2010年にINPE(予防と健康教育のための国立研究所)が行った調査によると日が、それらのほとんどは、その不十分な時間対時間が “必要”と考えています。そのうちの18%(24人の%と16%が女性)、睡眠が6時間未満の夜に続き、通常は肥満、2型糖尿病のリスクの増加に関連付けられた期間、疾患心血管事故。

文句を言うことが第一は、若い男性と女の子のための54分に達する “赤字”睡眠41分で、これらの高齢者15〜19歳です。現象は11〜15年の間に睡眠時間が劇的に減少し、思春期に始まる。 11歳未満の15歳の少年が眠っていると1時間31 INPEによると、生物学的な要因が、環境要因や社会によるものではないことを衰退:それはスケジュールに関連しているコー​​スだけでなく、夕方には、インターネット、ビデオゲームや携帯電話へのアクセスを提供します。

“レポート画面が人生の時間と睡眠時間との間のよりリアルな区切りがあるように融像である”フランソワ·ベック、INPEの統計的研究の頭部は指摘している。それは成長、学習と身体のバランスを促進するために、この期間中に8-9を取るだろうが15歳で、ほぼ4人に1人のテ​​ィーンエイジャーは、一日未満7時間眠る小児科医が推奨するように、霊能者。

裂孔は眠気を促進シフト、毎日の移動時間によって誘導される成人、INVSによる別の調査によると、人口の20%に影響を与える現象は、公共のための研究所へと続く健康。不眠症は、さまざまな方法でそれ自身を明示:難易若い、頻繁な覚醒の間に立ち、人口の大部分のための全体的な古いと非回復性睡眠の早い段階で。

通常の夜の睡眠の後、フランス人の三分の一は不眠症の症状を訴える人たちの60%以上に対して、疲れを感じる。 1995年以降増加し、慢性的な不眠症では、女性の方が一般的です(5以上の1が男性の15%に対して懸念している)と、一般的に年齢とともに増加し、75歳以上の43.9%に達したINVSの “健康調査の福祉”によると、また最も頻繁に向精神薬で治療されたものに限られます。 “男性にその後落ちる前に、職業上の原因に関連して、おそらく25〜50年の間に急激に増加するのに対し、現象は、女性の生涯を通じて安定したままで、”フランソワ·ベック氏は言う。

研究者は、60歳以上のコンピュータを再起動します

英国の研究者は1949年に組み込まれたコンピュータ火曜日ハーウェル、世界最古のコンピュータプログラムを再起動する必要があります。その修復は、ほぼ3年を要した。

ハーウェルのコンピュータ
魔女 – – ハーウェルのコンピュータがハーウェル、オックスフォードシャー州にある原子力研究センターで1951年から1957年の間に使用されていたにも魔女と呼ばれる。人間とは違って、それは、特定の操作を実行するためには、原子力研究に関連した計算を行うことで科学者によって使用され、その遅さは、彼は継続的に仕事ができるという事実によって相殺されました。我々の時代の極東機械、5メートルで2.4メートルの措置を課すこのコンピュータは、2.5トンの重量を量り、900進計数管を使用し、また知らdécatrons。

1957年以降、魔女が閉鎖、1997年まで彼はバーミンガムでの科学産業博物館に移されたときに実行中だった1973年までウルバーハンプトン大学でコンピュータ科学を教えるために使用されています博物館。これは、コンピュータがピース単位で見つかったと、研究者は、リストア操作のために働いているコンピューティングBletchleyのパークの国立博物館に貸与されたことを2009年までではなかった。博物館を動機となった高価な復元は、彼らがコンピュータのこの祖先の再建に貢献できるように4500ポンド(5600ユーロ)は、彼の裕福な常連客や観光客にそれぞれ25〜 “アクション”を持っています。

彼の新しい家での修復が開始した後の新しい運用3年、コンピュータの再起動火曜日。 “博物館の復旧チームは、コンピュータを再度実行するには、素晴らしい仕事をしている、それは既に子供と大人のための魅惑のオブジェクトであることが証明され、”ケビン·マレル、博物館の指導者の一人はコメントしていますまた、復元のプロセスを担当しています。 “私たちは労働条件でこのようなマシンを持っているため、それは、英国で1940年代に技術の状態をよりよく理解することができますので、それは、重要である”と彼は付け加えた。 Bletchleyのパークは、別の時代のコンピューター愛好家のための新たな巡礼地になる可能性があります。

En reponse a Shlomo Sand – complement

Voici le commentaire poste par Giordano le 11 juillet 2012, a propos de l’article “En reponse a Shlomo Sand“. J’ai remplace les tirets des differents poins souleves par des numeros, afin de faciliter la lecture et la reponse:

Monsieur John W. Dwight-Davis
Je vous remercie de ces « éclaircissements ». Vous serez heureux car je réponds, point par point. Il est utile de vous préciser que j’ai une formation d’historien, et puisque cela vous titille, non, je ne suis pas un spécialiste de la question, mais comme Térence, « Homo sum ; humani nihil a me alienum puto ».

Le travail de Shlomo Sand est assurément critiquable, comme toute recherche universitaire. Cependant, une partie des considérations publiées ici le sont autant, si ce n’est plus.

1/ Le mépris affiché de la formation universitaire de l’auteur : rappeler que l’homme n’a pas travaillé ici dans son domaine de prédilection n’enlève rien au sérieux et à la qualité du travail de recherche, et nous ne sommes pas face à un « historien local », dont la formation « maison » serait trop légère. Cette information est inutile pour remettre en cause le fond, bien qu’il soit opportun de rappeler que l’auteur n’est pas dans son domaine de prédilection.

2/ Ses « sympathies politiques » peuvent, elles, plus certainement être prises en considération et effectivement biaiser ou orienter ses recherches. Cependant, ici j’ai du mal à voir en quoi ces travaux sont liés avec le but affiché de « formation d’un Etat unique binational » en Palestine : quelle que soit l’origine de l’État israélien actuel il existe avec un sentiment national, il ne se limite pas à une seule population juive, il existe et les évolutions à venir se feront en tenant compte de ce qui est cette réalité.

3/ Je conteste l’usage du terme de « négationnisme » utilisé ici. Assimilé au travail de Shlomo Sand, il est dévoyé de son rôle premier. On peut contester sa thèse, mais son travail est intellectuellement intéressant car il prend le contre-pied de ce qui a toujours été posé comme des vérités sur lesquelles il était hors de question de revenir. Il remet en cause certains postulats, ce qui l’un des fondements de la recherche scientifique. Le parallèle avec Goebbels ne valorise pas la critique et reste hors de propos, comme le rejet de l’auteur dans le camp de « l’Église », par la suite des « Inquisiteurs, Croisés et autres partisans de la « religion d’Amour » », puis de l’État national-socialiste allemand « suite à la Kristallnacht ». Il s’agit d’un simple procédé de dévalorisation par assimilation qui n’apporte pas d’information, il est contre-productif.

4/ Par la suite sont contestés les trois points de la thèse, à l’aide de quelques sources. En dehors d’une mention d’un auteur du Moyen Âge – isolée et trop réduite – les premiers textes sont tous tardifs (fin de l’époque moderne, début de l’époque contemporaine). Ils sont sujets à plusieurs lectures, certaines étant anhistoriques car dévoyées de leur sens premier. Pour exemple, le terme « nation » sous la plume de l’abbé Maury sert son refus d’offrir la citoyenneté française à d’anciens sujets du roi devenus de fait citoyens de la République. L’usage du terme relève d’une conception « étroite » et exclusive de la République française en maturation, et n’est reconnue une « nation juive » que par un phénomène de rejet et d’exclusion de la nation française, ce qui ne fait pas une nation. Quoi qu’il en soit le corpus est étroit et mal employé.

5/ Je ne connaissais pas l’histoire des Khazars du Caucase, mais c’est l’un des rares dossiers étayé – les sources sont généralement citées. La linguistique paraît être un élément plus certain pour étayer l’idée qu’une partie seule de ces peuples ait pu se convertir, où sur une durée réduite.

6/ La génétique assure d’une homogénéité des groupes d’hommes sur le temps long à l’échelle historique. Il s’agit d’une science « dure », et l’usage du terme générique « tous » (« matériel génétique commun à TOUS les Juifs ») ne fonctionne pas, le recul pris par les scientifiques est ici dévoyé car transformé en affirmation (« En dépit de leur long exil dans de nombreux pays, les communautés juives sont très PROCHES au point de vue génétique. Les résultats de ces travaux posent l’HYPOTHESE d’un gène paternel unique des différentes communauté en Europe, Afrique du Nord et Moyen-Orient et SUGGERENT la possibilité que les communautés juives descendent d’une ancienne population du Moyen-Orient. Ces travaux ont aussi montré, vu la pérennité du profil génétique que DE NOMBREUSES communautés sont restées isolées et qu’il n’y a pas eu de mélange avec le patrimoine génétique des non-juifs » pour ces dernières – http://www.lamed.fr/index.php?id=1&art=372)… Quoi qu’il en soit, la génétique ne fait pas un peuple, et encore moins une nation. Elle atteste ce que l’histoire nous apprend : le fonctionnement souvent en vase « clôt » mais pas imperméables, de communauté israélites au sein de populations parfois hostiles, souvent réfractaires, plus rarement amicales. Cela ne contredit en rien l’idée de conversions, cela étaie plutôt l’idée de conversions anciennes, et d’une manière globale, réduites, à la hauteur de communautés dispersées et fonctionnant avant tout en réseau. Cela ne permet pas de l’ériger en preuve qu’un « matériel génétique commun à « tous » les Juifs » en ferait une nation homogène, ce qui serait par ailleurs dangereux car exclusif.

7/ Les propos sont réducteurs lorsque sont traitées les populations arabes, et les termes renvoient à ceux d’une construction coloniale. L’arrivée de populations d’Europe en Palestine, en nombre croissant depuis la seconde moitié du XIXe siècle et associée à une construction nationale issue d’une culture européenne, place ces personnes sur un plan d’égalité de déracinement avec celles implantées par la France en Algérie aux mêmes périodes. De plus, n’est imaginée la venue et le développement de populations arabes que par un attrait, « l’essor économique, social et médical apportés par les pionniers sionistes », ce qui, sans être faux, reste très réducteur. Il s’agit d’une assertion qui fait presque tabula rasa du passé comme du contrôle ottoman puis britannique de la région, elle ne vise qu’à justifier la présence des nouveaux venus par la mise en valeur du territoire (ce procédé d’appropriation et de justification de cette appropriation se retrouve pour exemple chez les « sans terres » au Brésil). Le bouleversement lié à l’arrivé de populations extérieures est réel, que ce soit au niveau de l’activité économique globale, où de la réussite pionnière avec un travail de la terre proche de la Huerta espagnole et très différent de ce qui se pratiquait auparavant, mais il ne peut pas nier la réalité d’une histoire arabe (chrétienne, musulmane… et juive) plus que millénariste sur la terre de Palestine, qui ne s’oppose pas à une tradition juive sur cette même terre.

8/ Enfin, en cherchant à démonter la lecture mythique de « l’Exode » que critique Shlomo Sand, les arguments démontrent ici qu’il n’y a pas eut de populations chassées en masse sur un faible temps historique (tel le génocide arménien, par exemple) à l’époque romaine, mais une série d’événements s’échelonnant depuis le début de l’ère chrétienne jusqu’à la période islamique entrainant plusieurs vagues migratoires (contraintes ou non).

9/ Sur le prosélytisme, sont contestés Horace (65 à 8 avant notre ère) et Juvénal (tournant du 1er et du 2e siècle), qui donnent deux exemples de prosélytisme. Je n’arrive pas à comprendre en quoi ces écrivains dont le discours est reconnu valable pour de nombreux traits de la vie de l’antiquité, voir d’événements historiques, verraient leurs propos hors de sens ici : ils donnent deux exemples, prenons acte, ce ne sont que deux exemples, ils ne permettent pas de chiffrer des conversions, ils attestent qu’un certain prosélytisme a pu exister. Le 4e de couverture exposé (« Prosélytisme juif »? Histoire d’une erreur. , par Edouard Will et Claude Orrieux, éditions Les Belles Lettres) invite à la lecture de l’ouvrage, mais ne permet pas de conclusions hâtives. Ce dernier démontre assurément l’absence de politique prosélyte officielle, globale et concertée – en comparaison avec un modèle chrétien de diffusion – mais cela ne paraît pas démontrer l’absence de conversion et d’attraction de la religion juive.

10/ Dernier élément, et non des moindres : la notion de « peuple » ne peut, de nos jours, être mise en avant qu’avec l’idée de nation, création de la fin du XVIIIe siècle en son sens contemporain. C’est le nationalisme européen – intégrateur, si l’on prend la politique de Napoléon Ier puis de Napoléon III pour les juifs de France et du littoral méditerranéen de l’Algérie – mais aussi exclusif, qui entraîne le développement d’une conscience « nationale » juive et le sionisme. Il faut le « printemps des peuples » de 1848 pour que l’on passe d’une communauté de foi à une nation, cherchant la mise en œuvre d’un État-Nation. Alors, « Les Juifs ont de tout temps eu le sentiment d’une communauté de Nation et de destin » ? De destin, dans un sens religieux, oui, assurément, puisque c’est un ciment communautaire. De Nation, assurément non. Ici est employé de manière rétroactive un concept inconnu dans son sens actuel avant le début du XIXe siècle, amenant à l’État Nation. Le basculement est visible durant la période révolutionnaire, marquant l’évolution du terme (au Moyen Âge, ce sont les habitants d’un petit territoire, telles les nations Picarde et Anglaise à l’Université de Paris, par exemple – mais ils n’ont conscience de relever d’une nation que parce qu’ils ont quitté ce territoire, et cela ne sous-tend pas de sentiment national – où un groupe exerçant une même activité dans un bourg). Dans le cas français, le terme englobe l’ensemble du territoire « national » depuis le moment ou la monarchie constitutionnelle a déclamé le souverain « roi des français » (1791-92). Le peuple ne fait pas la nation.

11/ Enfin, achever l’ensemble en se retranchant derrière un plan religieux (« il est impossible de définir le Juif autrement que comme « un truc bizarre », indéfinissable, à l’image de son Créateur, et qui survivra à tous ses détracteurs ») montre le but premier de cette critique, qui n’est pas d’être objective.

Alors, estimer que « la thèse de Shlomo Sand (…) n’est pas un mensonge total, mais une série d’interprétations biaisées d’approximations se basant sur des faits réels extrapolés, le tout dans un but éminemment idéologique et politique », grâce aux argumentés énoncés est réducteur. Et la critique publiée ici possède expressément ces défauts là.
Critiquez Shlomo Sand – car il invite à la critique -, auteur dont je ne suis ni sympathisant, ni encore moins ami, mais ici cela manque cruellement de profondeur, de recul et d’objectivité.

Et voici maintenant la reponse adressee par l’auteur de l’article:

Bonjour Giordano,

1/ Shlomo Sand n’est pas spécialiste de l’histoire du peuple juif, c’est un spécialiste du cinéma. Il n’y a rien de mal à cela. Le problème commence lorsque Shlomo Sand se présente comme un spécialiste, et plus encore lorsqu’il se sert de sa qualité d’historien comme argument d’autorité. Or, il est en Histoire comme il en est en mathématiques, en Physique ou en médecine: un Docteur en Probabilités, en Physique Quantique ou en cardiologie est certes un mathématicien, un physicien ou un médecin, mais sa parole a peu de poids sur l’équation de Klein-Gordon, la métrique de Friedmann-Lemaître-Robertson-Walker ou l’encéphalopathie de Wernicke.

2/ Le “travail” de Sand participe à ses aspirations politiques: si le peuple juif est une invention récente, et si les descendants des Hébreux sont les Arabes résidant actuellement sur la Terre Sainte, alors cela a de fâcheuses implications: un Etat juif indépendant sur la terre d’Israël est une anomalie historique illégitime et injustifiable. En effet, on ne fonde pas un Etat sur des bases religieuses : on parle du droit des « peuples » a disposer d’eux-mêmes, non des communautés religieuses. Le régime qui devrait prendre sa place serait un Etat “autochtone”, arabe, qui rassemblerait les soi-disant “réfugiés” arabes de 1948, et qui consentirait probablement par humanisme à ne pas expulser tous les Juifs, créant ainsi ce pour quoi milite Shlomo Sand: un Etat binational judéo-arabe.

3/ Je revendique l’utilisation du terme “négationnisme” pour qualifier la démarche de Sand. Sand nie l’existence et l’histoire du peuple juif, en bon français c’est au minimum du déni historique et de la négation.
Ce négationnisme qui frappe le peuple juif est une constante dans l’Histoire de l’Humanité. La négation des crimes contre l’humanité commis par les nazis et leurs collaborateurs n’est que le plus connu des négationnismes, mais le phénomène est bien plus général.
D’autre part, Sand ne remet pas “en cause des postulats” comme vous dites: Sand participe à une démarche de propagande unilatérale et partisane. Cela est antithétique avec une démarche d’historien, qui nécessite de croiser les sources, les prendre dans leur globalité et les analyser de manière objective. Au contraire, Sand filtre et évacue de manière arbitraire tout ce qui ne va pas dans son sens. Sand pratique la recherche historique comme on les historiens soviétiques le faisaient sous Staline!

4/ Vous ne semblez pas comprendre ma démarche: la thèse de Sand est que les Juifs se considéraient et étaient considérés comme une religion et non un peuple entre la Basse-Antiquité et le XIXe siècle. D’après Sand, le concept de « peuple juif » est dû à Isaak Markus Jost et Léopold Zunz, quant au caractère national il apparait chez Graetz. Mes références, issues de la période concernée, se contentent de casser ce point: non seulement les Juifs se considéraient comme un peuple (cf. Maïmonide et le Yad ha’Hazaqa), mais les non-juifs également considéraient les Juifs comme un peuple, non seulement au XIXe siècle, non seulement avant la destruction du IIe Temple, mais aussi après. La conclusion est claire et limpide: Sand se trompe, il a tort. Sand est un menteur.

5/ Oui. Je précise toutefois que la linguistique n’exclue pas que de nombreux Khazars, même une majorité, se soient convertis au judaïsme. Elle élimine juste le mensonge de Sand qui prétend que la “balance démographique” entre Khazars judaïsés et “Juifs ethniques” ait été renversée.

6/ La génétique ne prouve pas que les Juifs forment une “race”, et heureusement. Les pincettes que prennent les chercheurs ne me dérangent pas plus que çà, au contraire: le recul dont ils font preuve est un gage de sérieux et de modestie, donc de rigueur scientifique. Rigueur et modestie dont ne s’encombre pas Sand.
Ceci dit, je vous rejoins sur un point: “Cela ne contredit en rien l’idée de conversions, cela étaie plutôt l’idée de conversions anciennes, et d’une manière globale, réduites, à la hauteur de communautés dispersées et fonctionnant avant tout en réseau”. Personne n’a jamais nié que de nombreux convertis se soient joints au peuple d’Israël au cours des âges. Par contre, la question porte sur l’échelle de ces conversions: Sand les tient pour massives ; or, comme vous le dites, elles furent marginales.

7/ Encore une fois, vous manquez mon point. Sand prétend que les Juifs n’ont jamais été exilés, qu’ils sont restés sur la Terre d’Israël, qu’ils ont été islamisés et que leurs descendants sont les actuels Arabes présents entre le Jourdain et la Mer. Or, comme le prouvent les chiffres, cela ne peut être le cas, pour la simple raison que la colonisation massive de la Terre d’Israël par les Arabes est tardive, pour ainsi dire contemporaine du retour des Juifs sur leur terre.
Cela n’exclut pas que certaines familles arabes aient été présentes en Israël depuis plusieurs siècles, et même que certaines d’entre elles aient été d’origine israélite. C’est de nouveau une question d’échelle: les Arabes rentrant dans cette catégorie sont une faible minorité.
Du reste, votre comparaison entre les Juifs en Israël et les Français en Algérie est inadéquate. Les Juifs ne font que retourner sur leur terre, dans leur pays dont ils ont été injustement chassés et bannis. Quel rapport y a-t-il avec des Français venus de l’autre côté de la Méditerranée vers les rives d’Algérie? Les Juifs sont autochtones sur leur terre. Il n’y a là aucune colonisation, juste la réparation d’une immense injustice causée par les Romains et d’un recel de la part des Byzantins, Arabes, Croisés et Ottomans. Une injustice a été commise en +68, elle a été réparée au XXe siècle ; serions-nous condamnés pour l’éternité à être des étrangers sur la totalité du globe terrestre, pour prix d’avoir été vaincus par les légions romaines durant l’Antiquité? En Espagne: étrangers, expulsés. En Russie: étrangers, victimes de pogroms. En Allemagne: étrangers, envoyés a Auschwitz. En Israël: non-étrangers, mais “colons”!
De plus, je commence personnellement à être las de cette insulte de “colonisation”. Les siècles passés nous ont donné “offert” les concepts farfelus et criminogènes de “peuple déicide”, “Juifs perfides”, “judéo-bolchevisme”, etc. Depuis 1967, nous sommes affublés d’être des “colons juifs”. Qu’est ce que vous trouverez bien encore la prochaine fois??? L’ironie est que ceux qui nous accusent d’être des “colons” sont les plus grands colonisateurs de l’Histoire, c’est-à-dire les Arabes et les Occidentaux, qui à eux seuls ont colonisé les Amériques, l’Afrique, l’Océanie et une partie de l’Asie, et converti (souvent de force) la moitié de l’Humanité à leurs religions d'”amour” et de “paix”. Balayez devant votre porte et laissez nous vivre en paix dans notre pays!

8/ Sand prétend casser le mythe d’un Exil qui aurait été effectué en une fois par les Romains. Sand “prouve” qu’une telle déportation massive et totale n’a pas eu lieu. Nous le remercions de sa participation, c’est très gentil de sa part, mais ceci est déjà connu ; la prochaine fois il pourra même publier une thèse pour démontrer le théorème de Pythagore de Samos. Sand extrapole: puisque les Juifs n’ont pas quitté la Judée, alors les Arabes sont en fait… des Juifs! Or, si une déportation unique n’a pas eu lieu (contrairement à l’époque de Nabuchodonosor), des déportations massives se sont produites, ainsi que des massacres à très large échelle, sans compter les persécutions. C’est de là que vient l’extinction presque totale de la présence juive en Terre d’Israël, et non d’une conversion généralisée à un islam conquérant, violent et “plagiaire” dont on ne voit pas ce qu’il aurait pu apporter à un peuple alphabétisé, cultivé, farouchement attaché à sa foi et son identité comme le peuple juif.

9/ Je me répète: personne ne conteste qu’il y eu des conversions au judaïsme. Sand les quantifie comme tellement nombreuses que les “Juifs génétiques” ont fini “submergés” par les convertis, comme de nos jours les chrétiens (occidentaux, latino-américains, slaves…) ou musulmans (pakistanais, indonésiens, iraniens…) n’ont ethniquement plus rien à voir avec les proto-chrétiens judéens et les premiers disciples de Mahomet. Or, il n’en est rien, et les “preuves” de Sand sont trop bancales pour en déduire ses conclusions.

10/ Ce que vous écrivez est intéressant. Néanmoins, quel que soit le sens qu’on donne à ces termes, les Juifs sont un peuple et une nation au même titre que les Français, les Anglais ou les Espagnols.
11/ Hum… Je vais vous expliquer
a/ Le passage que vous citez est issu de la conclusion. Or, en expression écrite française la conclusion autorise des ouvertures voire les hors-sujets.
b/ A la base, cette réponse à Sand a été rédigée à la demande mon rosh yeshiva (doyen d’école talmudique), pour ses élèves, dont l’esprit talmudique ne pouvait rester sans exiger des réponses au pamphlet de Sand.
c/ Une question qui taraude l’esprit d’énormément de monde en Israël (et ailleurs) est la suivante: comment expliquer la résilience et la survie du peuple juif -peuple numériquement, économiquement et militairement faible- après 3700 ans d’Histoire, dont une bonne partie en Exil, sous les coups et oppressions de multiples empires et puissances (qui eux, ont fini par disparaitre : Rome, Byzance, le califat, le IIIe Reich, l’URSS…)?
Certains, s’accrochant à une vision matérialiste de l’Histoire (pour caricaturer), répondent à cette question en disant que nous, Juifs, avons les meilleurs généraux, meilleurs scientifiques, meilleurs diplomates, meilleurs commerçants, meilleurs cuistos, etc. C’est une opinion légitime, je ne la partage pas : nous sommes en démocratie.
Sand a sa propre réponse: le peuple juif n’existe pas, ou plutôt il a été inventé il y a moins de 200 ans. Par conséquent, le “mystère” de la survie du peuple juif n’en est pas un. Sand peut alors mener la vie qu’il souhaite, loin des contraintes de la loi juive : manger du porc et des crustacés, travailler le samedi, ne pas honorer ses parents, etc.. C’est son droit, nous sommes en démocratie.
Ma réponse à moi est que le peuple d’Israël est la manifestation sur terre de son Créateur. C’est pour cela qu’il est difficile, voire impossible, de caractériser de manière usuelle les Juifs: peuple, peuplade, ethnie, religion, race, courant, culture, état d’esprit, nation, communauté? Les Juifs ne sont rien de tout ça, tout en étant un peu de tout. Libre à vous d’être d’accord ou non, nous sommes en démocratie.

Recevez mon plus cordial Shalom de Jérusalem en Judée, capitale de l’Etat d’Israel.