Citoyennete et Nationalite (2)

Ma reponse a ce commentaire:

Deir Yassin,

Encore une fois, vous confondez les concepts de nationalite et de citoyennete.
*Personne* en Israel, juif, druze ou arabe, n’est de /nationalite israelienne/. En effet, les ressortissants de l’Etat sont /citoyens/ israeliens.

Ces citoyens ont l’une des nationalites reconnues par l’Etat. Les citoyens israeliens sont donc de *nationalite juive*, de *nationalite arabe*, de *nationalite circassienne*, etc.

Bref, les Arabes citoyens de l’Etat d’Israel sont des Israeliens de nationalite arabe, autrement dit des Arabes israeliens. Je ne comprends pas ce qu’il y a de choquant a ce terme. Les Arabes citoyens francais ou allemands doivent-ils, selon vous, se definir comme des “Algeriens de France”, des “Marocains d’Allemagne”?

Alors que les Etats democratiques -Europe, Israel, USA, Canada, etc.- font des efforts -humains et financiers- immenses pour integrer leurs minorites arabes, il est regrettable de renvoyer systematiquement les Arabes a leur “arabite”, au lieu de promouvoir leur integration et donc leur adoption de la culture des societes dans lesquels ils resident.

Advertisements

Etat hebreu antique / Etat hebreu moderne

Ma reponse a ce commentaire:

Safi,

Je ne comprends pas ce que vous cherchez a prouvez. Je parlais de la fin juridique d’une entite politique qu’on appelle l’Empire Romain. Cette entite juridique a cesse d’exister lorsque l’Empereur a decider de faire cesser le fonctionnement de ses institutions, et de mettre en place les nouvelles institutions de nouvelles entites juridiques: l’Empire Romain d’Occident et l’Empire Romain d’Orient. Les “invasions barbares”, les parties de Monopoly entre frangins, etc., ca n’a aucun rapport.

Quant au “micro-Etat judeen”, vous etes manifestement mal informe. Les combats entre l’armee zelote et les forces d’occupation romaines n’ont pas mobilise une “simple garnison”. De meme, la revolte de Bar Kokhba face aux troupes d’Hadrien a empeche l’Empereur de debuter son compte rendu au Senat par la formule traditionnelle rassurante sur l’etat de l’armee et de l’Empereur.

Pour le reconnaitre, il faudrait vous cultiver un peu plus. Ouvrez vous l’esprit, lisez des ouvrages historiques, ne vous en tenez pas a la propagande diffusee sur les chaines de TV arabes.
Et surtout, renoncez au mepris endemique que vous eprouvez pour un peuple, certes faible et peu nombreux, de dhimmis/sous-hommes, mais dont la contribution a l’humanite, a l’intelligence et aux arts est inversement proportionnelle a la taille de sa population.

Du reste, si l’Etat hebreu antique a ete raye de la carte, je me rejouis de voir le peuple hebreu de retour dans son pays et l’Etat hebreu moderne s’epanouir sur la terre d’Israel. Ironiquement, des empires bien plus puissants ont depuis disparu de l’histoire: au choix, l’Empire romain, le califat et d’autres mastodontes qui ont cru regner pour l’eternite sur l’univers n’existent plus, alors que le petit peuple qu’ils opprimaient existe toujours… Quelle est la cause de ce mystere?…

Inde : l’amitié avec Washington a-t-elle un prix ?

Ma reaction a ce post de Marie-France Calle:

Dans le courant de ce siecle, l’Inde, redevenue une grande puissance majeure, assumera de plus en plus de responsabilites. Or, une de ces responsabilites sera de contenir et endiguer le comportement des Etats voyous. L’Inde, fortement touchee par le terrorisme venu du Pakistan, a le devoir moral de freiner les ardeurs de l’autre Etat exportateur de terrorisme: l’Iran.

Ce n’est pas seulement une question de principe ou d’orgueil: l’interet a long terme de l’Inde est d’avoir un monde pacifie et stable, objectif antinomique avec la Birmanie dans son etat actuel et un Iran nucleaire, qui pourrait menacer la planete entiere a travers ses missiles a longue portee et des groupes terroristes qui lui sont infeodes.

Alors, l’amitie avec les USA et plus generalement avec l’Occident et les autres Etats democratiques a un prix, certes, mais le jeu en vaut la chandelle.